Alex Andrun...tentatives poétiques

Juste un bouquet de vers dans le vase...le drame. Juste une fleur sincère dans la vie... le vacarme. Quand le brouillard arrose les pétales de Rose

~Diaporamix~

Publié le 12 Juillet 2021 par MH.

À cette ombre chinoise qui traversait la ville... ce fantôme sur l'ardoise en tenue stérilise... je cherchais quelques noises des sons Polaroïd dans mon palais buccal... fallait que je vaccine mon âme un peu bancale de formules peu banales et d'un stylo aiguille...

J'ai hissé la grand-voile sans le vent d'hôpital en cherchant l'origine des bourrasques mentales... L'interné se devine parfois mieux sous l'étoile Polaire et Solitaire de ses propres combines... son scaphandre lui sert de protection intime lorsque le monde se perd en maladose indigne...

Bref j'étais enfermé dans mon propre palace bien avant que ne passe le Covid sans terrasse...un peu ankylosé je l'avoue face à face à la Morbidité de ces quelques angoisses dont la nécessité fut utile à ma farce... ce recueil de balafres au décor tout sonore...

J'préfère mes ecchymoses au plastique médiatique qui fondra au Soleil de son écran total... J'aime les métamorphoses du périodique qu'Ovide laissa dans son journal par le simple appareil d'une feuille adamique...

À cette ambre d'iroise j'ai donné quelque chose qu'une Dame très courtoise amatrice de maux-roses et de salines emphases appréhenda sans pause... Le Poly c'est la Classe... la 1ère S qui passe Under The Bridge en Roche... un fleuve et des écorches...

Je navigue à la force des neurones qui me restent comme le passé s'efforce à son Néo-Cortex... introduire dans ses failles un remède, un travail... tout seul je me répare mais avec toi au Phare... mon accordéon fume au Cap des mecs bizarres...

Tu m'envoies des CD comme on octroie des bouées à ceux dont le brouillard est la nappe frénétique par le sextant Musique... Patrick Watson au bar... une lueur dans le noir... l'écume antiseptique en textos tous les soirs...

On s'en rappellera de cette épidémie mise en bière Corona où nous étions ici et puis un peu par là à maçonner l'ennui...T'étais un toit pour moi et mes billes toutes en verre sous le préau des filles et du système solaire.    MH

Commenter cet article